Vision

Dans la perspective du royaume de Dieu enseigné par Jésus, notre vision est d’implanter et développer des Églises évangéliques et charismatiques, impliquées dans la société, par

  • l’évangélisation
  • la formation de disciples
  • la formation de leaders (bénévoles et salariés)
  • l’action et aide sociale

Priorités

Notre mouvement est avant tout un réseau de ministères visionnaire, dynamique, relationnel, spirituel qui offre :

  • des compétences en matière de ressources humaines (en particulier pour les ministères rémunérés et reconnus) ;
  • un accompagnement pour les Églises du mouvement ;
  • une contribution à l’essor de l’ensemble du corps de Christ, c’est-à-dire de toutes les Églises existantes.

Valeurs

Nos Églises prennent des formes diverses, n’ont pas toutes la même structure, mais se reconnaissent par contre dans les mêmes valeurs.

En voici les principales :

  • EEAR est un mouvement d’Églises visionnaire, solidaire, organique, relationnel, souple. Fondé sur les différents modèles d’Églises du Nouveau testament et l’inspiration de l’Esprit, il cherche à évoluer constamment selon les besoins actuels.
  • Des relations saines sont une priorité, d’abord par une vie centrée sur Dieu et sa grâce abondante. Ensuite, par le développement de relations authentiques au sein des familles, des Églises et entre ministères.
  • La vie de l’Esprit, l’expression des dons spirituels, la recherche de la présence de Dieu sont une composante essentielle de nos célébrations et de notre vie de foi.
  • L’implication des chrétiens dans toutes les sphères de la société est pour nous une priorité incontournable inspirée de l’Evangile.
  • Nous reconnaissons la Bible comme Parole de Dieu tout en nous réjouissant de l’apport des sciences et des sciences humaines dans l’étude des textes.

Historique

Un peu d’histoire

Notre église tire ses racines d’un événement nommé « Réveil du Pays de Galles ». Même si elle n’en est pas directement issue, elle en a découvert les valeurs et s’est rattachée au mouvement d’Eglises natif de ce réveil. Partons ensemble à la découverte de cette fabuleuse histoire.

Le réveil du Pays de Galles

Dans les années 1904 – 1905, un profond réveil secoue la région du sud ouest de l’Angleterre. Un homme est puissamment utilisé par Dieu dans ce réveil, il s’agit d’Evan Roberts. En une année pas moins de 100’000 personnes se tournent vers Jésus.

Un autre homme Georges Jeffreys (né en 1889), a aussi eu un impact sur la vie du pays et bien au-delà des frontières de l’Angleterre. Il a vécu une rencontre personnelle avec Jésus durant cette période de réveil. En 1912, il est baptisé dans le Saint-Esprit. Il fréquente ensuite une école biblique pour se préparer au service. En 1915, il est pasteur en Irlande, ses collègues reconnaissent en lui un évangéliste. Le message qu’il transmet est simple, il s’agit du «plein Evangile » ou « l’Evangile aux quatre angles» : Jésus sauve – Jésus guérit – Jésus baptise du Saint-Esprit – Jésus revient..

Il appelle ses auditeurs à une rencontre personnelle avec Jésus : « ici et maintenant ». Il prie pour les malades et les captifs. Il insiste sur la nécessité pour le croyant d’être baptisé d’eau, de rechercher le baptême du Saint-Esprit et d’aspirer aux dons et charismes spirituels. Le fruit de l’Esprit doit aussi accompagner cet équipement et ces dons spirituels. Il prêche également le retour de Jésus-Christ.

Daniel Powell Williams a également joué un rôle important dans la formation de l’église apostolique. Né en 1882, d’une famille piétiste, élevé dans une stricte discipline, Daniel Williams rencontre Evan Roberts, cela ne fait que le renforcer dans les nouvelles résolutions qu’il avait prises pour le réveil.
Durant cette période de réveil, Dieu est en train de rendre des vérités et de remettre à jour des pratiques oubliées, perdues ou enfouies sous la poussière des traditions. Le baptême dans le Saint-Esprit, puis l’exercice de la prophétie sont restaurés.
Les dons du Saint-Esprit sont à nouveau distribués par l’Esprit et les ministères sont rétablis dans l’église.

Plus tard, Daniel Williams deviendra le pasteur de la communauté de Penygroes. La nécessité des ministères et de l’administration de la pratique des charismes lui apparaît avec davantage de clarté. Des anciens sont mis en place dans chaque communauté. En 1913, le Seigneur appela Daniel au ministère d’apôtre et Jones son frère à celui de prophète.

Les années qui suivent sont marquées par une progression rapide du message «apostolique». Le mouvement prend de l’ampleur et en vingt ans environ, 90 communautés se forment, dans le seul pays de Galles. En 1916, les différents groupes s’unissent pour former le mouvement nommé «The Apostolic Church».

Le réveil en Suisse alémanique

En 1927, l’Armée du Salut organise une semaine d’évangélisation à Rüti dans le Riggisberg. Une femme, touchée par la prédication du pasteur Drollinger, décide d’organiser chez elle une semaine d’études bibliques. D’autres réunions de ce genre sont organisées dans la région. Le message est axé sur la foi en la Bible, le salut avec la repentance et la mise en ordre de la vie passée. Beaucoup de personnes se convertissent, sont guéries, délivrées de leurs liens spirituels, reçoivent le baptême du Saint-Esprit et des dons. Ces personnes sont baptisées par immersion.

En 1935, Johan Widmer, membre de l’église Méthodiste et prédicateur laïc, rencontre
M. Drollinger qui prie pour les maux d’estomac dont il souffre depuis des années. Ils travaillent par la suite ensemble. Des personnes de tous milieux sont touchées, mais les églises en place n’acceptent pas leur message.

C’est à Signau en 1938 qu’a été fondée la première église apostolique. La famille Wütrich accueille les croyants chez elle. Johan Widmer y tient des réunions. Trois des enfants de la famille Wütrich sont guéris miraculeusement de l’épilepsie. Signau devient le centre de ce mouvement du réveil.

Robert Willeneger, jeune théologien, entre en contact avec Johan Widmer et participe à une des conférences organisées à Plötscheid. Plutôt que de prendre la paroisse qui lui est proposée, Robert Willeneger se joint aux pasteurs Drollinger et Widmer. Une impulsion nouvelle est donnée par cette collaboration à l’œuvre. La complémentarité des ministères se manifeste selon le passage d’Ephésiens 4:11. L’église apostolique suisse qui commençait à être établie est sensibilisée par l’enseignement de Paul aux Ephésiens.

La transmission de la vision apostolique en Romandie

Le pasteur Fritz de Rougemont de l’Eglise Réformée de Neuchâtel entend parler de Jeffreys. Il va rencontrer le revivaliste lors d’une de ses campagnes. Assuré de l’authenticité du message biblique, il invite Jeffreys en Suisse romande. Il n’a pas l’intention de créer une nouvelle dénomination ou d’implanter de nouvelles églises, mais son désir est de transmettre le réveil dans les églises déjà existantes. Il fonde l’Union pour le Réveil, dont le but est de poursuivre ce qui a été entrepris lors des campagnes d’évangélisation de Jeffreys. Un journal « le Trait d’Union » est créé, il sert de lien entre les croyants du mouvement et transmet au-delà des frontières cette vision de l’unité. Les conventions de Territet ont été aussi un moyen de transmettre le message de réveil, voici un extrait du Trait d’Union de juin 1955 : «Les études du matin étaient centrées sur l’idée générale du salut dans sa plénitude. Dieu nous a mieux fait comprendre de jour en jour son but profond, dans la rédemption, la sanctification, le baptême du Saint-Esprit, les dons et les ministères, l’Eglise unie dans son amour en vue de son retour.»

En 1951 des contacts s’établissent avec des représentants de l’Eglise Apostolique de Suisse allemande, du Danemark et de Grande-Bretagne.

Structure

EEAR est constitué en association. L’Assemblée générale annuelle réunit les délégués des Églises locales. Le comité appelé « Bureau romand » est composé de ministères du mouvement, des personnes visionnaires, apostoliques ou prophétiques (certaines sont en partie salariées par les EEAR).

Les ministères, en particulier les pasteurs, sont engagés par les EEAR en accord avec les Églises locales selon un système salarial commun. La grille salariale tient compte du niveau de responsabilité, de l’ancienneté et du lieu de domicile.

Ressources

Pratiquement, les responsables des Églises se réunissant régulièrement (au minimum quatre fois par année) pour des temps  d’inspiration, de formation, de supervision.

Le Bureau des EEAR propose notamment :

  • accompagnement, soutien et évaluation personnalisée des ministères du mouvement ;
  • accompagnement et soutien pour les Églises (système de référents pour chaque Église) ;
  • coaching de projet d’implantation de nouvelles Églises ;
  • séminaire pour tous les responsables des Églises (1x par année), salariés ou bénévoles ;
  • séminaire de réflexion théologique et éthique pour tous les responsables des Églises (1x par année) ;
  • secrétariat, gestion des finances (fiduciaire).

Confession de foi

1 – Dieu
Dieu est esprit, lumière et amour. Il est Un et unique Il se manifeste en trois personnes: le Père, le Fils et le Saint Esprit.

2 – Le Père
Dieu est Père; il est Créateur des cieux et de la terre avec le Fils et le Saint Esprit. Initiateur et soutien de toutes choses, il suscite le plus grand peuple possible de fils et de filles. Il est avec le Fils et le Saint Esprit, saint, éternel et transcendant.

3 – Le Fils
Jésus-Christ est le Fils unique et éternel de Dieu. Vrai Dieu, il est engendré de toute éternité par le Père et non créé. Vrai homme, il est conçu du Saint Esprit et né de la vierge Marie. Par sa vie sans péché, sa mort et sa résurrection, il est le seul Sauveur et Rédempteur du monde. Elevé à la droite du Père, il intercède pour nous. Il reviendra pour enlever son Église, il jugera les vivants et les morts et établira son règne éternel de gloire.

4 – Le Saint Esprit
Le Saint Esprit est Dieu, Représentant de Christ sur la terre. Il rend actuelle et personnelle l’oeuvre du salut de Christ en l’homme. Il provoque la repentance de celui qui le reçoit et le fait naître à une vie nouvelle. Jésus baptise les croyants dans le Saint Esprit. Le parler en langues et la prophétie figurent parmi les signes habituels et évidents de ce baptême. Les dons spirituels sont distribués à chacun par le Saint Esprit selon sa volonté pour édifier l’Église. L’expression des dons naturels dans la soumission au Saint Esprit représente également un apport important. L’adoration, la communion, la révélation, la connaissance, la croissance, le service et le témoignage sont des fruits de l’action du Saint Esprit.

5 – La Bible
La Bible est la Parole écrite de Dieu, inspirée par Lui, infaillible et normative pour la foi et la vie. Elle est aussi et en même temps Parole humaine parce que le Saint Esprit a inspiré des êtres humains en plein respect de leur personnalité et de leur contexte culturel et historique. Nous reconnaissons l’inspiration verbale et plénière des Saintes Écritures.

6 – L’Homme et la Création
L’homme a été créé à l’image de Dieu pour vivre éternellement en communion avec Lui. Refusant l’autorité divine sur lui, l’homme s’est soumis à Satan, entraînant la création avec lui. Dans sa culpabilité, l’homme est séparé de Dieu, totalement déchu et perdu.

7 – Le Salut
Dans sa souveraineté, Dieu a le droit d’élire qui il veut. Dans sa grâce infinie, Il offre le salut à tous les hommes par la foi en Jésus-Christ. La responsabilité de l’homme consiste à répondre à cet appel en revenant à Dieu (conversion, repentance). Cette attitude intérieure est confirmée par le baptême (immersion). Racheté, justifié, né de nouveau le croyant reçoit l’assurance du salut; il peut dès lors vivre la vie de Christ et marcher selon la volonté de Dieu. Le salut comprend la restauration de l’homme bien que la plénitude du salut ne sera manifestée que lors du retour de Jésus-Christ. Les Saintes Écritures affirment la sécurité éternelle du croyant demeurant dans la main de Dieu. Les textes qui font allusion à la déchéance de la grâce sont de saints avertissements.

8 – L’Église
L’Église universelle est composée de tous ceux qui, au travers des âges et dans toutes les nations, ont été rachetés par Jésus-Christ. Elle trouve son expression visible dans les églises locales. Jésus-Christ en est le chef. Il la conduit et l’enseigne au travers des ministères bibliques d’apôtres, de prophètes, d’évangélistes, de pasteurs, de docteurs, d’anciens et de diacres, dans le respect du sacerdoce universel des croyants. Elle est apostolique parce qu’elle se fonde sur l’enseignement des apôtres révélé par les Ecritures. Elle est missionnaire parce que le mandat lui a été confié d’annoncer la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ et de faire des disciples. Elle n’a pas remplacé Israël et l’élection de Dieu pour ce dernier demeure. Elle s’implique spirituellement et humainement dans la société.

9 – Le Monde spirituel
Le monde spirituel est une réalité de la création qui se manifeste dans le monde visible. Créées par Dieu, les armées célestes, formées d’anges, sont au service de Dieu pour exercer un ministère en faveur de ceux qui doivent hériter du salut. Un ange s’est révolté contre Dieu devenant son adversaire et celui des hommes. C’est le diable ou satan. Il a entraîné à sa suite une partie des créatures célestes appelées démons. Jésus-Christ est paru afin de détruire les oeuvres du diable. Revêtu de l’autorité du Seigneur, le croyant peut résister au diable et chasser les démons.

10 – L’Espérance
Notre espérance se fonde sur la réalisation du plan de salut de Dieu révélé dans la Bible, soit: l’enlèvement de l’Église, la grande tribulation, le retour de Christ et l’établissement d’un règne de mille ans, le jugement dernier, l’établissement d’une nouvelle terre et de nouveaux cieux avec pour les hommes régénérés un éternel et parfait bonheur dans la présence immédiate de Dieu. Ceux qui auront rejeté l’offre de salut en Jésus-Christ demeureront dans un état permanent, conscient et définitif d’éloignement de Dieu.

Financement

Les Eglises évangéliques sont exonérées du point de vue fiscal mais ne touchent aucun soutien de l’Etat. L’apport financier provient donc exclusivement des dons des membres, dons qui servent à payer les salaires, couvrir les loyers et les divers frais de fonctionnement des Eglises. Les salaires sont établis sur la base de directives des Eglises évangéliques apostoliques de Suisse romande. Les membres des Eglises ont en tout temps accès aux comptes et approuvent les budgets annuels. A noter qu’une des raisons de la viabilité de nos Eglises est que beaucoup de membres s’inspirent du principe biblique de la dîme, un encouragement à honorer Dieu par le 10% de ses revenus.

Qui sont les Églises évangéliques ?

Définition

Les Églises évangéliques sont des Églises issues de la Réforme mais séparées de l’État. Elles insistent en particulier sur les cinq priorités suivantes :

  • La Bible, considérée comme norme en matière de foi.
  • La priorité d’une relation personnelle avec Dieu par Jésus-Christ.
  • L’universalité de l’Évangile et donc l’importance de faire connaître la Bonne nouvelle.
  • Le rôle central de Jésus-Christ qui a donné sa vie sur la croix pour le pardon des péchés.
  • Le caractère inter-dénominationnel du mouvement qui implique qu’aux yeux des évangéliques aucune Église n’est la seule vraie Église.

À noter que les Églises évangéliques sont parcourues d’une grande diversité, tant au niveau des formes de culte, des styles musicaux que des différents types d’engagements sociaux.

Historique

Le mouvement évangélique a déjà̀ cinq siècles d’histoire. Ses racines remontent en effet au XVIe siècle avec les débuts du protestantisme. Depuis, de nombreuses dénominations ont vu le jour, développant chacune leurs particularités. Mais aujourd’hui encore, tous les chrétiens de conviction évangélique partagent les valeurs fondamentales des Réformateurs :

  • Le salut par la grâce : Dieu nous déclare justes en raison de notre foi et non par nos mérites.
  • La Bible qui constitue l’unique autorité́ en matière de foi
  • Jésus-Christ qui est l’unique chemin de salut.

En Suisse

On compte 250 000 évangéliques en Suisse (environ 3% de la population), se réunissant au sein d’environ 1500 Églises regroupées pour la plupart au sein d’une quarantaine de fédérations. Selon une étude récente, un tiers des personnes qui se rendent à un service religieux sont évangéliques. Par ailleurs, on estime à 600 millions le nombre d’évangéliques dans le monde soit près de 10% de la population mondiale.

Lien avec les autres églises

La plupart des Églises évangéliques sont membres de l’Alliance évangélique. La branche suisse s’intitule « Réseau évangélique ». Cela dit, chaque fédération d’Églises reste autonome dans la mesure où les évangéliques ne connaissent pas d’institution dirigeante faitière. En outre, beaucoup d’Églises évangéliques entretiennent des relations ou développent des projets avec des Églises non protestantes, telles que catholiques ou orthodoxes.

Responsables

Bureau Romand

Jean-Luc Ziehli
Olivier Favre
Christian Bussy
Stéphane Baehler
Christian Kuhn

Contact

Eglises Evangéliques Apostoliques Romandes
Secrétariat
Av. de Provence 24
1007 Lausanne

Mail secrétariat